6 BDs, 6 avis

Posté le 7 avril 2017 par etreunefemmebelleetvivante dans Général

Pilules bleues de Frederik Peeters

Couv_200721

Œuvre autobiographique du dessinateur belge aux éditions Atrabile, traitant de son histoire avec le sida. Un sujet aujourd’hui très connu mais MAL connu, un sujet sur lequel j’ai aimé en apprendre davantage. Une histoire d’amour humble, simple, véritable, racontée avec autodérision.

Personnellement, le type de graphisme ne m’a pas plus, ce qui, malheureusement, influence forcément mon avis général. La bande dessinée est trop grosse à mon goût, j’aurais aimé une sélection plus drastique des vignettes : certaines ne me semblaient pas indispensables. C’est l’unique point que reprocherai à cette BD, mais un point qui n’est pas des moindres, puisque selon moi, un meilleur choix des vignettes et du texte et donc une BD plus menue aurait servi la qualité du message qui nous est destiné .

 

La légèreté de Catherine Meurisse

légèreté

« Le 7 janvier 2015, les collègues et amis de Catherine Meurisse, dessinatrice de presse à Charlie Hebdo depuis une dizaine d’années, sont sauvagement assassinés. Après la tragédie, afin de s’éloigner de la violence, elle se met en quête de l’opposé du chaos : la beauté. Sur son chemin : la Villa Médicis à Rome, le Louvre, l’océan …Autant de lieux de renaissance…et de retrouvailles avec la légèreté. »

De la haine, de la colère, de l’incompréhension, du dégoût, de la peur …voilà ce qui pourrait ressortir de ce drame. Pourtant c’est de la beauté, de l’ironie, du questionnement … et de l’amour qui va jaillir de la bande dessinée de Catherine Meurisse. Ne devrait-elle pas, en toute logique, être la mieux placée pour vouloir exprimer de la fureur à l’encontre du monde entier ? On ne peut que mentionner cette autre œuvre post-attentat « vous n’aurez pas ma haine », qui prouve bien que la haine n’engendre jamais rien de bon, ni pour moi, ni pour eux, ni pour vous.

L’art et l’amour sont les armes les plus puissantes, ils l’ont toujours démontré, et le démontreront toujours car ils n’existeraient pas sans la haine.

 

Clair-obscur dans la vallée de la lune de Montgermont et Alcante

clair obscur

Le titre, à lui seul, résume la beauté de cette bande dessinée. La souffrance et la honte se mêlent à la beauté du voyage, à l’amour, à l’instant présent. Grâce à une touriste pleine de vie, José, guide touristique au Chili, va réaliser que la pulsion de vie est toujours la plus forte.

Des paysages magnifique du Chili, des personnages complètement humains et touchants …Une belle histoire.

 

Sirène de Daphné Collignon

sirène

Je suis partagée. Partagée entre le dessin et le scénario.

J’ai adoré « regarder » cette bande dessinée. C’est tout à fait le genre de graphisme que j’aime. Les deux femmes dont il est question (mais laquelle est la sirène ? haha) sont d’une beauté poignante. On passe du fin trait de crayon à du noir épais et très présent. On trouve de la calligraphie arabe, du dessin onirique, des images très sombres et brutales. Cette BD est irrésistiblement belle et mystérieuse.

Ce mystère est aussi ce qui m’a dérangé, mais dans le scénario cette fois. Il y a beaucoup de réflexions, de sous-entendus, d’images … Difficile de tout comprendre sans aide extèrieure. Une œuvre qui mériterait d’être décortiquée, et analysée. Un travail certainement bluffant mais je n’ai pour l’instant pas les  capacités nécessaires pour l’apprécier à sa juste valeur.

En faisant quelques recherches j’ai vu que lire la première œuvre, divisée en deux parties, Coelacanthes (1- Noa, 2- Emma) pouvait aider à la compréhension car la Sirène est plus ou moins une suite. Et oui rien ne semble simple et tout cuit avec Daphné Collignon, mais je recommanderai quand même son travail pour le simple régal des yeux.

 

Les cobayes de Benacquista et Barral

cobayes

Total changement de registre. Deux hommes et une femme à l’existence peu heureuse, sont choisis pour être les cobayes d’un anxiolytique révolutionnaire. Ils passent 21 jours encadrés 24h/24 en clinique puis retournent à leur vie respective. Mais celle-ci change du tout au tout. Imaginez que vos symptômes s’inversent : qu’à la place d’être timide, vous ayez complètement confiance en vous ; qu’à la place d’être maladroit, vous deveniez agile … Les médecins responsables tentent vainement de regrouper les trois cobayes pour les sevrer de cette molécule aux effets DESIRABLES. Mais ils font face à un mur : comment convaincre quelqu’un d’abandonner LA solution miracle ?

Une bande dessinée aux dessins très réalistes qui questionne l’industrie de la santé et la prise de médicaments.

 

Ceux qui me restent de Damien Marie et Laurent Bonneau

ceux qui me restent

Une bande dessinée de la collection GrandANGLE tout simplement émouvante. Un père et une fille qui se cherchent toute leur vie et qui finissent par se retrouver grâce à l’alzheimer …

Le dessin est touchant, il rythme les émotions par le trait tantôt fin et régulier, tantôt grossier et barbouillé. Très beau.

Elle se lit rapidement, donc elle vaut vraiment le coup de passer entre vos mains !

Les commentaires sont fermés.

D'autres nouvelles

La petite pause |
La mode par loulou et chacha |
Millemodes |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lolitamaquillage
| Marc Bonet, VDI chez frédér...
| Sarah, 19 ans, make-up addi...